Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Patrick CLANET
  • : informations générales et techniques relative à la santé. Domaines supports: activités physique,sociales et culturelles...
  • Contact

Edito...

Un long silence... (encore un !?) ponctué de rencontres et de découvertes, nous amène naturellement à enrichir, transformer et embellir nos pratiques de conditionnement à la Santé. Du monde de la réadaptation cardiaque à celui de la préparation physique ou de la danse, la curiosité ou la marginalité ont souvent dirigé nos pas. Comme un besoin de comprendre, de rigueur et d'expérimentation sans tabous dans l'espérance de projets de réussite.

Du détour universitaire, pour une reconnaissance institutionelle du conditionnement physique, à la création d'entreprise du Bien Être, il est naturel que la Massothérapie vienne compléter et harmoniser notre parcours. Elle proposera à nos élèves, à nos étudiants ou clients, des clefs nouvelles pour vivre, peut être, plus longtemps, mais certainement MIEUX !


PC

NOUVEAU !

En bas de la page... Notre citation du moment !
Dans Info - Entrainement
      ``Les 10 commandement du CT``


Archives

Gestion du poids...Info

- Mai 2010 - Suite à nos informations concernant les régimes et les diètes, nous tenons à signaler l'excellent articles synthétiques et trés juste de Martine FORTIER dans ''Coup de pouce'' du mois de mai page.

 

- Mars 2010 - Confirmant nos références méthodologiques, le manque de sommeil apparait comme un facteur déterminant de la prise de poids.
De même les efforts intensifs ont une tendance constatée à la réduction de l’apport alimentaire (à contrario des efforts modérés) permettant ainsi une meilleure gestion du poids.

- Printemps 2012... La réflexion avance concernant l'utilisation de procédés restrictifs (régimes) proposés pour la perte ou la gestion du poids. Enfin des décisions sérieuses sont attendues !

 


/ / /

 

LE STRESS Le Stress survient lorsqu’il y a déséquilibre entre la perception que l’on a des contraintes à résoudre et les moyens ou ressources propres que l’on pense pouvoir mobiliser à cet effet.

Malgré la dimension psychologique de la démarche initiale (perception évaluative abstraite), les effets du Stress ne sont pas uniquement psychologiques, ils affectent également la santé physique, le bien être et la productivité.

Le monde du travail est particulièrement générateur de stress. Travail dans l’urgence, application stricte des consignes, ou consignes contradictoires, sont des situations qui favorisent l’état de stress.  

Les facteurs de Stress : Très diversifiés, ils peuvent être liés …

A la tâche à accomplir

-          Forte exigence quantitative

-          Forte exigence qualitative

-          Risques liés à l’exécution de la tâche.

A l’organisation du travail

-          Absence de contrôle ou de repères

-          Imprécision des missions confiées

-          Inadaptation des horaires (au rythme bio, à la vie sociale ou familiale)

-          Nouveautés organisationnelles (les situations nouvelles qui viennent bouleverser le quotidien, les imprévus auxquels il faut faire face et s’adapter, les plannings qui sont modifiés tout le temps. Les nouvelles technologies, autre grand changement, on parle alors de technostress). -          Instabilité des contrats de travail

Aux relations de travail

-          Manque d’aide ou de soutien des partenaires ou managers

-          Management peu efficient

-          Absence de reconnaissance

A l’environnement physique et technique

-          Nuisances physiques du poste de travail

-          Mauvaise santé économique du groupe ou de l’entreprise. 

Les MODELISATIONS du Stress

Pour la majorité d’origine Nord Américaines, les modélisations du Stress sont pour les plus importantes au nombre de quatre.
Le modèle KARASEK – Amérique du Nord début 1980 -

Croise deux types de facteur de stress pour donner une tentative d’explication :

-          La demande psychologique : contrainte liée à l’exécution de la tâche

-          la latitude décisionnelle :

o   contrôle que l’on a sur son travail

o   capacité d’utiliser ses propres compétences et d’en développer de nouvelles.  

 

 

 

Demande Psy Faible

Demande Psy  Elevée

    Lattitude
Decisionnelle

Faible

« Travail Passif »

« Travail surchargé »

           

Elevée

« Travail détendu »

« Travail dynamique »

             

 

Les études montrent que c’est surtout l’absence de contrôle que la personne pense avoir sur sa situation qui est très importante dans l’apparition de l’état de stress.

Une troisième dimension a été intégrée dans le modèle de Karasek à travers le « soutien social au travail ». Une situation de « travail surchargé » étant bien sur mieux supportée dans le cas d’un soutien par l’entourage professionnel. 

Le modèle « P – E fit » (Person – Environnement Fit) – Amérique du Nord fin 70 -

Modèle de l’ajustement entre la personne et son environnement.

L’état de stress est expliqué comme une inadéquation entre:

-          les capacités de la personne et les exigences de la tâche

-          les besoins de la personne et ceux pouvant être satisfait par le travail (récompenses – reconnaissance)  

Le modèle déséquilibre efforts / récompense de Siegrist :  -Allemagne 1986 -
Inspiré du précédent modèle, il affirme l’émergence du Stress lorsqu’il y a un déséquilibre entre les efforts consentis par une personne au travail et les récompenses qu’elle reçoit en retour.

Les efforts consentis sont de deux ordres :

-          Efforts extrinsèques : exigences psychologiques (pression du travail, disponibilité, temps, interruptions,  charge physique…)

-          Efforts intrinsèques : liés à la personnalité du sujet (reconnaissance, compétitivité latente, impatience, irritabilité, dépendance au travail)

Les récompenses attendues sont de trois ordres

-          monétaires

-          estime et reconnaissance

-          contrôle de son statut professionnel  

Le modèle transactionnel du Stress – Nord Américain Lazarus et Folkman 1984 -

Modèle qui met en avant la réalité sociale du sujet au stress comme actif et agissant sur son milieu et son environnement en fonction de sa subjectivité. Ce modèle met en avant le processus d’évaluation de la situation, c'est-à-dire sur l’activité mentale (cognitive) de la personne en situation de Stress.

Evaluation

 

Primaire (Stress perçu)

 

La situation comporte-t-elle un enjeu pou moi ?

Si oui est- ce

-          Une perte

-          Une menace

-          Un défi

Secondaire (Contrôle perçu)

 

Que puis je faire ?

M’est-il possible d’intervenir de changer quelque chose à la situation, compte tenu de mes ressources ?

Evaluation des ressources

STRATEGIE D’ADAPTATION

                      Centrées sur le problème                                   Centrées sur les émotions

Caractéristiques individuelles associées au Stress

Actuellement les études affinent les hypothèses ou observations déjà faites afin de déterminer les traits de caractère susceptibles de favoriser l’impact des situations potentiellement stressantes

Les personnalités de ‘’type A’’ –compétitivité, désir de réussite, fréquente agressivité et impatience- ont longtemps été présentés comme sujettes à risque, toutefois, les études récentes ne confirment pas toujours ce résultat !

Nous retrouvons principalement comme facteur fragilisant:

Nous retrouvons principalement comme facteur fragilisant:

-          l’instabilité émotionnelle (ou névrosisme)

o   état chronique d’irritabilité

o   prédisposition à la détresse psychologique

o   prédisposition à ressentir la réalité comme menaçante, problématique et pénible
 

Mécanismes physiologiques de Stress (Hans Selye)

Il met en évidence le « syndrome général d’adaptation » lié à un stimilus commun aux situations stressantes et que l’individu retrouve à des intensité variable selon la pression de l’évènement

Le syndrome général d’adaptation (SGA) se déroule en trois phases

-          P1 réaction d’alarme

o   reconnaissance de la situation comme stressante

o   réaction physiologiques – syst sympathique – catecholamines (médullosurrénales) – Augmentation de Fc, TA, T°, vigilance, et vasodilatation. Stratégie de mise en tension et préparation au combat ou à la fuite.

-          P2 résistance

o   La situation persiste

o   Axe corticotrope auto régulé – glucocorticoïdes – augmentation et régulation du taux de sucre dans le sang pour apporter l’énergie nécessaire aux muscles, au cœur et au cerveau (dépense énergétique nécessaire à la lutte)

-          P3 Epuisement

o   La situation persiste et s’intensifie. L’organisme s’épuise !

L’auto  régulation de l’axe corticotrope devient inefficace. L’organisme est alors en « overdose » de glucocorticoïdes activateurs pouvant nuire à la santé.

  

Réactions au SGA

-          Physiques

·         Douleurs musculaires, articulaires, maux de tête,  coliques.

·         Troubles du sommeil, de l’appétit, et de la digestion.

·         Sensation d’étouffement ou d’oppression, sueurs inhabituelles.

-          Emotionnelles

·         Hyper sensibilité et nervosité.

·         Crises de larme ou de nerf, angoisse, excitation, tristesse, sensation de mal être.

-          Intellectuelles

·         Perturbation de la concentration ,erreurs, oublis.

·         Difficulté à l’initiative ou à la décision.  

-          Comportementales

·         Modification des conduites alimentaires
Comportements violents ou agressifs
Isolement social, difficultés à coopérer
 

Le coût du Stress

L’évaluation des coûts relatifs au stress est directement tributaire des méthodologies retenues toutefois quelques exemples significatifs :

 

-          l’Agence Européenne pour la sécurité et la santé au travail évalue en 1999 entre 2,6 et 3,8% du PIB soit 185  à 269 milliards d’euros par an l’ensemble des coûts de santé (pour les seules entreprises et sur les 15 états membres à l’époque)

-          Le Royaume uni en 1992 estime que 50% des journées de travail perdues sont imputable indirectement ou directement au Stress. Perte de 180 millions de journées de travail pour un coût pour les entreprises de 8 milliards de £ sterling.

-          Les Pays scandinaves 1996 estiment que les maladies cardio vasculaires liées au stress représentent 4% du coût des accidents du travail soit 177 millions d’Euros pour la Suède, et 125 pour le Danemark.

-          En Suisse  une étude de 2001 évalue le coût du stress d’origine professionnelle entre 2,9 et 9,5 milliards d’Euros (méthodologies différentes)

-          En France, une étude de 2004 estime entre 830 et 963 millions d’Euros les coûts du stress relatif aux pathologies cardio vasculaire, dépressives et troubles musculo squelettiques.

 

Partager cette page
Repost0