Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Patrick CLANET
  • : informations générales et techniques relative à la santé. Domaines supports: activités physique,sociales et culturelles...
  • Contact

Edito...

Un long silence... (encore un !?) ponctué de rencontres et de découvertes, nous amène naturellement à enrichir, transformer et embellir nos pratiques de conditionnement à la Santé. Du monde de la réadaptation cardiaque à celui de la préparation physique ou de la danse, la curiosité ou la marginalité ont souvent dirigé nos pas. Comme un besoin de comprendre, de rigueur et d'expérimentation sans tabous dans l'espérance de projets de réussite.

Du détour universitaire, pour une reconnaissance institutionelle du conditionnement physique, à la création d'entreprise du Bien Être, il est naturel que la Massothérapie vienne compléter et harmoniser notre parcours. Elle proposera à nos élèves, à nos étudiants ou clients, des clefs nouvelles pour vivre, peut être, plus longtemps, mais certainement MIEUX !


PC

NOUVEAU !

En bas de la page... Notre citation du moment !
Dans Info - Entrainement
      ``Les 10 commandement du CT``


Archives

Gestion du poids...Info

- Mai 2010 - Suite à nos informations concernant les régimes et les diètes, nous tenons à signaler l'excellent articles synthétiques et trés juste de Martine FORTIER dans ''Coup de pouce'' du mois de mai page.

 

- Mars 2010 - Confirmant nos références méthodologiques, le manque de sommeil apparait comme un facteur déterminant de la prise de poids.
De même les efforts intensifs ont une tendance constatée à la réduction de l’apport alimentaire (à contrario des efforts modérés) permettant ainsi une meilleure gestion du poids.

- Printemps 2012... La réflexion avance concernant l'utilisation de procédés restrictifs (régimes) proposés pour la perte ou la gestion du poids. Enfin des décisions sérieuses sont attendues !

 


/ / /

LE COACHING ?

 

Le coaching individuel désigne le processus intersubjectif par lequel un individu (le coaché) rencontre un interlocuteur référent (le coach) pour être accompagné dans une ou plusieurs dimensions de son développement personnel et professionnel !
D’origine sportive et désignant l’entraineur – motivateur des compétiteurs, il traduit bien la tendance compétitive prise de plus en plus (aux risques d’y laisser des plumes) par les parcours professionnels, mais aussi par nombre d’activité jusque là considérées comme secondaire.
Dans une société performante, il serait inconvenant d’être moyen, voir ¨normal¨ pour des choses aussi naturelle que s’habiller, vamper son mari, faire ses courses ou toiletter son chien ou customiser son char !

Si l’on veut croire les journalistes de l’hebdomadaire ``Marianne`` (Anna Alter et Perrine Cherchève), le coaching est actuellement La solution miracle aux problèmes existentiels, de nos contemporains en quête de modernité... Et de performances !

Déficit de confiance en soi, besoin d’affirmer sa dimension professionnelle, son image, ou de gérer sa progéniture, il n’est pas de problème qui n’a sa solution sous l’apparence dynamique et souriante d’un Coach ! Certes ces prestations restent encore pour beaucoup qu’une hypothèse impossible pour des questions de budget et ou de temps.  Carencés de leurs liens familiaux et professionnels, les candidats à l’assistance tarifée, aspirent aux trois P salvateurs : Plaisir, Prospérité et Performance. C’est semble-t-il sur cette nouvelle quête que surfent les apprentis médecins - sauveurs de l’âme et du corps profitant bien évidemment de la vague porteuse initiée en Amérique du Nord pour engranger la recette, voir `` beaucoup de blé, sur les terreaux fertiles de l’angoisse, du stress, des mauvaises graisses et de l’ignorance crasse`` !

D’origines diverses, ces spécialistes forts de leur expérience (pas toujours glorieuse) et riches d’un aplomb certains vous proposent comme ad hoc de nouvelles techniques ``porteuses de sens`` (cette fameuse quête du sens dont les média se drapent parfois comme d’une nouvelle virginité). Dans ce grouillement de produits d’épanouissement et d’optimisation du ``potentiel personnel``, de gestion de l’énergie, de préservation du capital santé, capillaire ou vestimentaire, bien peu sont ceux qui peuvent se faire un avis éclairé et discriminant dans les outils proposés et souvent empruntés à la méthodologie des Psys.

Devant l’explosion des professionnels, des thématiques, mais aussi du ``marché `` la nouvelle Société française de Coaching souhaite clarifier l’origine et les profils de ses membres (450 adhérents sur les trois mille coaches actuellement estimés en ``service ``). Elène Fourès (in `` le petit traité des abus ordinaires``) quant à elle dénonce sans concession les abus de la `` gouroutisation`` proposée par certains de ses collègues, n’hésitant pas à dénoncer les dérives de sectarisation possible de certaines démarches qui peuvent par exemple imposer une certaine vision idéologiques du management `` On commence par un massage aux huiles essentielles, on passe à un stage de relaxation totale et bonjours le lavage de cerveau`` n’hésitent pas à poursuivre les auteurs de l’article, encouragées quelles sont par Laure de Montalenbert (`` La santé porte d’entrée des sectes ``) pour qui : ``Médecines parallèles et psychologisme de bazar sont souvent les paravents utilisés par ces manipulateurs patentés`` … les faux coaches cachent parfois de vrais gourous. (Marianne numéro 406)

Soucieux d’alerter efficacement d’un phénomène exponentiel et le plus souvent peu lisible, les auteurs dans leur analyse sociale de ce phénomène d’émergence, oublient toutefois que l’assistance individuelle, le cours particulier, voir le tutorat ne datent pas d’aujourd’hui. Les formes nouvelles, souvent caractérisées par leur dimension spectaculaire voir opportuniste ne doivent pas effacer une histoire séculaire...
pédotribe
(Pédotribe de la grèce antique

            La dimension commerciale et la diversification parfois démesurée des domaines d’intervention peuvent effectivement donner à réfléchir sur la pertinence et sans doute le danger de certains d’entre eux …. Pour vous aider à vous faire votre propre idée du phénomène, @ttitude Pro vous propose ci-dessous, d’autres axes de recherche, d’autres sources d’information et de réflexion (NDLR). 

Pour Attitude Pro Inc. Patrick Clanet

Frédéric CHENU
(Do It Evolution) in
http://management.journaldunet.com
.
La finalité du coaching managérial est de développer la personne dans son parcours professionnel en s'appuyant sur ce qui fait sens pour elle. (juin 2004)

Valérie MOISSONIER,
(Fédération francophone de coaching)
http://81.91.67.116/WW70AWP/WW70AWP.EXE/CONNECT/ffc2
Les coaches doivent s’atteler à appeler "coaching" ce qui est du "coaching", et non tout ce qui relève de pratiques fantaisistes

Fabrice COURDESSES (Dale Carnegie Training France) Un manager peut dire ce qui doit être fait et quand cela doit être fait. Mais seul un bon coach peut obtenir que les choses soient faites avec la plus grande attention. (août 2003)

Catherine BLONDEL,
http://www.sfcoach.org/annuaires/fiches/ficheh.htm 
Auteur d'un Petit Traité de philosophie à l'usage des accros du boulot (Village mondial, 2004), voit, elle aussi, défiler dans son cabinet des personnes asphyxiées par la pression. «Le culte de la performance provoque des dégâts terribles, constate-t-elle. Les gens ont tellement peur d'être médiocres qu'ils ne se donnent même plus le temps de penser. Beaucoup attendent trop de l'entreprise, au lieu de se contenter de ce qu'elle peut donner: un statut social et un salaire, point.» Suivant ces sages conseils, n'attendez pas d'un coach qu'il révolutionne votre vie. Besoin d'un coach?

Hélène CONSTANTY
Le coaching est très coûteux et les prestataires se multiplient. Voici ce qu'il faut savoir pour éviter les déconvenues Il y a deux ans, le patron d'Isabelle* lui a suggéré de se faire coacher. Sur le coup, cette jeune femme de 35 ans, chef de service dans une grande entreprise publique, a été très déstabilisée. «J'ai eu l'impression d'être prise en défaut. J'ai imaginé mille motifs possibles. Etais-je trop rebelle à l'autorité? Trop stressée? Mal à l'aise avec mon supérieur hiérarchique? Puis j'ai compris que tous les chefs de service étaient concernés et j'ai accepté de jouer le jeu par curiosité.» Isabelle a donc pris son courage à deux mains et contacté les trois spécialistes que son directeur des ressources humaines lui avait indiqués. Le premier rendez-vous fut désastreux: «Je n'étais pas dans son bureau depuis dix minutes que cette coach a commencé à me balancer des choses très dures, du style: "Vous devez avoir une blessure narcissique." Sa réflexion m'a profondément blessée.» Le deuxième rendez-vous fut le bon. Aujourd'hui, après deux ans de coaching, Isabelle se sent nettement plus à l'aise dans sa vie professionnelle et personnelle. «Je pense avoir mis la bonne distance entre le travail et moi. Je ne reste plus au bureau jusqu'à 20 heures et suis plus disponible pour mes équipes, plus créative et moins stressée.» Dans son entreprise, le sujet reste toutefois tabou: entre collègues, il n'est jamais évoqué. Malgré les tombereaux d'articles qui lui sont consacrés, le coaching sent toujours le soufre. L'intérêt médiatique porté à cette pratique est d'ailleurs sans commune mesure avec sa dimension réelle. Seuls quelques milliers de personnes bénéficient chaque année d'un coaching. Sachant qu'un coach ayant pignon sur rue n'effectue qu'une quinzaine de missions par an, à des tarifs compris entre 150 € de l'heure (pour un particulier) à 450 € (pour une entreprise); qu'un coaching dure environ six mois, à raison d'une séance de deux heures tous les quinze jours ou toutes les trois semaines... on comprend que la formule n'est pas à la portée du premier employé venu. A moins de 3 000 €, ce n'est même pas la peine d'y penser! Les prestataires de ce service, en revanche, se multiplient. Des formations plus ou moins solides font le plein de stagiaires, par fournées de 40. Certains apprentis sorciers se lancent, sans avoir entrepris pour eux-mêmes le travail personnel préalable jugé indispensable par tous les professionnels sérieux. Faute de quoi, ils risquent de projeter leurs propres malaises sur les personnes qu'ils sont censés aider. «Peu de gens sont capables d'exercer ce métier bourré de paradoxes et d'ambivalences sans perdre le nord», estime Pierre Blanc-Sahnoun, membre de la Société française de coaching (www.sfcoach.org), l'une des deux associations professionnelles qui tentent de mettre un peu d'ordre dans ce capharnaüm, l'autre étant la branche française de l'International Coach Fédération (www.icffrance.org). Si l'appartenance à l'un de ces réseaux offre une garantie de sérieux, tous les coachs n'en faisant pas partie ne sont pas pour autant des charlatans. Alors, que faire si votre directeur des ressources humaines vous convoque, un beau jour, pour vous suggérer de «faire le point» et qu'il vous glisse une liste de coachs à contacter quand bon vous semblera? Comment trouver celui ou celle capable d'éclairer votre lanterne?

Et, au fait, qu'est-ce qu'un bon coach?
Un coach n'est pas un psy Le coach est là pour vous aider à résoudre un problème professionnel, pas pour démêler les fils tordus qui vous relient à votre papa ou à votre grand-maman.
Premier conseil, donc, si le coaching a lieu à l'initiative de votre employeur: faites-vous préciser l'objet de la demande.

Patrick Clanet pour Attitude Pro Inc.

Partager cette page
Repost0