Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Patrick CLANET
  • : informations générales et techniques relative à la santé. Domaines supports: activités physique,sociales et culturelles...
  • Contact

Edito...

Un long silence... (encore un !?) ponctué de rencontres et de découvertes, nous amène naturellement à enrichir, transformer et embellir nos pratiques de conditionnement à la Santé. Du monde de la réadaptation cardiaque à celui de la préparation physique ou de la danse, la curiosité ou la marginalité ont souvent dirigé nos pas. Comme un besoin de comprendre, de rigueur et d'expérimentation sans tabous dans l'espérance de projets de réussite.

Du détour universitaire, pour une reconnaissance institutionelle du conditionnement physique, à la création d'entreprise du Bien Être, il est naturel que la Massothérapie vienne compléter et harmoniser notre parcours. Elle proposera à nos élèves, à nos étudiants ou clients, des clefs nouvelles pour vivre, peut être, plus longtemps, mais certainement MIEUX !


PC

NOUVEAU !

En bas de la page... Notre citation du moment !
Dans Info - Entrainement
      ``Les 10 commandement du CT``


Archives

Gestion du poids...Info

- Mai 2010 - Suite à nos informations concernant les régimes et les diètes, nous tenons à signaler l'excellent articles synthétiques et trés juste de Martine FORTIER dans ''Coup de pouce'' du mois de mai page.

 

- Mars 2010 - Confirmant nos références méthodologiques, le manque de sommeil apparait comme un facteur déterminant de la prise de poids.
De même les efforts intensifs ont une tendance constatée à la réduction de l’apport alimentaire (à contrario des efforts modérés) permettant ainsi une meilleure gestion du poids.

- Printemps 2012... La réflexion avance concernant l'utilisation de procédés restrictifs (régimes) proposés pour la perte ou la gestion du poids. Enfin des décisions sérieuses sont attendues !

 


/ / /

DEFINITION ET MANIFESTATIONS LES PLUS COURANTES

Angoisse de l’athlète et plus encore de son préparateur physique, le surentrainement est une manifestation courante d’un déséquilibre entre les phases cataboliques (dépense énergétiques) et anaboliques (récupération – reconstruction) de l’entrainement.
Phénomène d’accoutumance à l’effort physique, l’entrainement (du spécialiste au débutant) nécessite et impose une alternance précise des périodes de travail et de repos. Pas d’autres solutions ! (Malgré cela, Les tenants du toujours plus d’effort sont encore légion, usant parfois d’artifices ou de moyens pas toujours très clairs…)  
Définition :
Le surentraînement est un aspect de la fatigue chronique lié à une surcharge physique et/ou mentale, il témoigne d'un déséquilibre énergétique, le catabolisme supplantant l'anabolisme c'est-à-dire que la consommation d'énergie est supérieure à sa mise en réserve et que les lésions tissulaires supplantent les reconstructions. Il convient de noter que le surentraînement n'est pas seulement un phénomène physique
Le surentraînement se traduira par : à
- une diminution de la capacité de travail
- une diminution du rendement et des performances de l’individu

La surcharge d’entrainement (qui est une observation individuelle) entraînera des signes cliniques traduisant le syndrome de surentraînement. Pour un entraîneur, savoir bien construire un plan d'entraînement c’est entre autres, de respecter les caractéristiques de récupération du sujet entrainé. Le non-respect de ces données (propres à chaque sujet) facilite l’apparition des syndromes de surentraînement. 
Période de repos : les potentialités restent stables.

Entraînement: les potentialités diminuent par rapport à l'effort fourni. La consommation des réserves énergétiques diminuent (ATP, glucoses et éventuellement les lipides et protides). Il faut savoir que la baisse de la quantité de glucide est due à la synthèse d'ATP nécessaire à la contraction des muscles. La consommation d'ATP augmente diminuant les réserves. Au début de l'entraînement, les potentialités sont au maximum mais à la suite de l'effort celles-ci diminuent et les réserves sont au plus bas.
Chaque phase d'entraînement doit être suivie d’une phase de récupération pendant laquelle il y a une

-       reconstitution des stocks consommés (glycogène, et éventuellement lipides et protides). Cette phase de récupération doit être égale au moins à la phase d'entraînement.  

-       reconstruction tissulaire (Plastie musculaire avec notamment des transformations des fibres musculaires, renforcement par acquisition protéique, …).

Ces deux phénomènes sont concomitants et constituent la phase de surcompensation,  ou le stock et la potentialité sont supérieurs à la normale initiale (Matveiev) permettant ainsi au sujet entrainé d’être plus fort en potentiel et en réserve.

A l’image d’un os fracturé, un muscle lésé à l’effort se reconstruit plus fort en potentiel et en structure. C’est le principe de l’entrainement, une accoutumance positive et progressive de l’organisme à l’effort.

 

        Si la phase de récupération n'est pas suffisante, le sportif démarre avec moins de potentialités. Elle-même est spécifique de l’activité pratiquée et de l’Individu qui la pratique !  Si le phénomène perdure, le sujet évoluera du surentrainement à la surcharge pour arriver au surentrainement aigu et à la fatigue aigue (danger de mort !)

A. La forme AIGUE ou la fatigue aigüe

 La fatigue aiguë se détecte par un VO2 max au-dessus de tous les paramètres du VO2 habituel, mais aussi par une accélération du pouls plus importante que d’habitude, par des ventilations plus rapides et par des sueurs. Paradoxalement, certains individus se sentent bien dans cet état, ils ne se rendent pas compte de leurs limites… c’est une forme d’overdose à l’effort qui est liée à la sécrétion d’endorphine. La poursuite de l’effort entraine un épuisement aigu avec perte de connaissance et éventuellement des troubles cérébraux. Il peut aussi conduire au décès soit par destruction musculaire étendue soit par troubles cardiaques et/ou neurologiques.
La fatigue aiguë est une forme un peu à part du surentraînement, elle peut se voir au cours d’un entraînement mais c’est plus une forme où le sportif va plus loin que ces possibilités et ses réserves.

 b. la fatigue chronique ou évolution progressive du surentraînement.

1. Définitions
La fatigue chronique se présente comme un cercle vicieux. Les sujets entrainés peuvent entrer dans la fatigue chronique suivant l’état physique et psychologique. Un sujet ayant des entraînements trop rapprochés, verra ses réserves métaboliques insuffisantes diminuant ses possibilités et son rendement musculaire.

2. Composantes comportementales
selon Matveiev, un individu cumulant un retard de récupération, diminuera d’autant ses potentialités et ses performances…. Cet engrenage est le double cercle vicieux du surentraînement.
le premier cercle vicieux : une diminution des réserves métaboliques, se traduisant par une baisse des performances. Le prolongement de l’effort abaisse les réserves donc diminue les performances etc.…
le deuxième cercle vicieux : la même baisse des performances entraîne un impact psychologique négatif qui augmente la fatigue, le stress, l’anxiété, l’asthénie (l’individu ne se sent pas bien) générant un sommeil moins important.  Le manque de sommeil pousse à la fatigue, au stress, à l’anxiété, à l’asthénie et à la fragilisation importante du sujet (accident, dépression, etc…) 

Partager cette page
Repost0