Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Patrick CLANET
  • : informations générales et techniques relative à la santé. Domaines supports: activités physique,sociales et culturelles...
  • Contact

Edito...

Un long silence... (encore un !?) ponctué de rencontres et de découvertes, nous amène naturellement à enrichir, transformer et embellir nos pratiques de conditionnement à la Santé. Du monde de la réadaptation cardiaque à celui de la préparation physique ou de la danse, la curiosité ou la marginalité ont souvent dirigé nos pas. Comme un besoin de comprendre, de rigueur et d'expérimentation sans tabous dans l'espérance de projets de réussite.

Du détour universitaire, pour une reconnaissance institutionelle du conditionnement physique, à la création d'entreprise du Bien Être, il est naturel que la Massothérapie vienne compléter et harmoniser notre parcours. Elle proposera à nos élèves, à nos étudiants ou clients, des clefs nouvelles pour vivre, peut être, plus longtemps, mais certainement MIEUX !


PC

NOUVEAU !

En bas de la page... Notre citation du moment !
Dans Info - Entrainement
      ``Les 10 commandement du CT``


Archives

Gestion du poids...Info

- Mai 2010 - Suite à nos informations concernant les régimes et les diètes, nous tenons à signaler l'excellent articles synthétiques et trés juste de Martine FORTIER dans ''Coup de pouce'' du mois de mai page.

 

- Mars 2010 - Confirmant nos références méthodologiques, le manque de sommeil apparait comme un facteur déterminant de la prise de poids.
De même les efforts intensifs ont une tendance constatée à la réduction de l’apport alimentaire (à contrario des efforts modérés) permettant ainsi une meilleure gestion du poids.

- Printemps 2012... La réflexion avance concernant l'utilisation de procédés restrictifs (régimes) proposés pour la perte ou la gestion du poids. Enfin des décisions sérieuses sont attendues !

 


/ / /
imagesCAEH2I40
1)  FROID, SANTÉ ET ACTIVITÉ PHYSIQUE

Pour l’organisme l’exposition prolongée au froid est plus difficile que l’exposition prolongée à la chaleur.

-          Risques encourus ?

-          Relation entre exposition au froid et maladies infectieuses ?

-          Peut-on s’entraîner dehors lorsqu’il fait froid ?

Quels sont les risques de s’exposer au froid ?

Par temps très froid, la vasoconstriction périphérique peut être très intense. Dans ces conditions, la température des extrémités (doigts, orteils, nez, oreilles) peut s’abaisser à un niveau dangereux. Le risque est celui d’une atteinte tissulaire appelée gelure. Dans les cas extrêmes, les dégâts sont irréversibles, voire les tissus nécrosés.  
Relation entre froid et maladies infectieuses

Le froid ne crée pas directement de maladies infectieuses.

Par contre, le refroidissement de l’organisme, véritable stress, abaisse les défenses immunitaires. Ceci a pour effet de favoriser le développement de germes infectieux. De nombreux germes sont présents en permanence dans l’organisme. Mais en bonne santé et en absence de stress, l’organisme en empêche la prolifération, donc le déclenchement d’une maladie.

(Le surentraînement est aussi une forme de stress capable de fragiliser les défenses immunitaires)  
Préparation physique en environnement froid

Plus on se protège, plus on se fragilise. La première règle pour se renforcer est de s’exposer progressivement en intensité (température ambiante) et en durée. Dans ces conditions et dans certaines limites, l’organisme peut développer des adaptations métaboliques et cardio-vasculaires.

S’entraîner en environnement froid est alors tout à fait possible, mais cela ne dispense pas de s’équiper avec des vêtements qui protègent :

-          la tête (L’organisme perd environ 30% à 40% sa chaleur par la tête),

-          les extrémités (doigts, orteils),

-          les organes nobles (poumons, cœur…).

Le vent augmente la déperdition de chaleur dans de forte proportion.

Calcul du refroidissement éolien

Extrait de http://fr.wikipedia.org

Vitesse du vent
(km/h)

Température (°C)

5°C

0°C

-5°C

-10°C

-15°C

5 km/h

4

-2

-7

-13

-19

10 km/h

3

-3

-9

-15

-21

15 km/h

2

-4

-11

-17

-23

20 km/h

1

-5

-12

-18

-24

 

Conclusion

Le stress au froid dépend de la température ambiante, de l’intensité de l’exercice et de l’épaisseur de la graisse sous-cutanée. Une approche progressive facilite l’adaptation.

La graisse sous-cutanée favorise la performance en ambiance froide, en particulier dans l’eau (natation). En effet, le sang, dirigé vers les extrémités est mieux isolé, ce qui réduit les pertes de chaleur.

Se vêtir pour s’isoler du froid consiste à emprisonner une couche d’air dans un vêtement épais et de s’isoler du vent par un vêtement coupe-vent.

2) DÉPRESSION SAISONNIÈRE ET ACTIVITÉS PHYSIQUES

Le manque de motivation qui s’installe chez certains quelques semaines après la rentrée peut être attribué à une dépression saisonnière.

-         Qu’est-ce qu’une dépression saisonnière ?

-         La pratique d’une activité physique peut-elle permettre de lutter contre la dépression nerveuse ?

-         Comment lutter contre la dépression saisonnière ?

 

Qu’est-ce qu’une dépression saisonnière ?

Ce qui est un simple "blues hivernal" pour 15 à 25% de la population, est une véritable dépression saisonnière pour 4% à 6% de cette même population. Les trois-quarts des personnes concernées sont des femmes. Certains enfants peuvent aussi l’être.

Il s’agit d’une forme de dépression[1]. Celle-ci est aussi appelée trouble affectif saisonnier. Elle serait surtout due à un manque de luminosité naturelle. Elle apparaîtrait le plus souvent en automne et en hiver pour s’estomper avec le rallongement progressif des journées.

Les symptômes sont :

-         démotivation générale,

-         tristesse permanente, mais surtout le matin et le soir,

-         irritabilité,

-         troubles du sommeil (hypersomnie)

-         boulimie,

-         baisse de la libido,

-         une perte ou un gain de poids.

Les premiers symptômes cités permettent d’expliquer une baisse significative de l’investissement à l’entraînement.

Traitements et autres solutions

Il s’agit essentiellement de s’exposer le plus possible à la lumière naturelle. Ainsi, les activités physiques pratiquées en extérieur et aux heures du jour sont à privilégier (course à pied, cyclisme, roller, jeux collectifs en extérieur). En effet, pratiquées ainsi, ces activités permettent :

-         de s’exposer à l’ensoleillement,

-         de rencontrer des personnes,

-         de se changer les idées.

La luminothérapie est une technique utilisée pour lutter contre la dépression saisonnière. Les recommandations sont de s’exposer 30 minutes par jour le matin à une lampe délivrant une intensité lumineuse de 10 000 lux. 

Degré de luminosité : quelques repères

Par une journée d’été ensoleillée : 50 000 à 100 000 lux

Par une journée d’hiver ensoleillée : 2 000 à 10 000 lux

À l’intérieur d’une maison : 100 à 500 lux

Dans un bureau bien éclairé : 400 à 1 000 lux


Il semblerait aussi que la consommation de poissons, riches en omega 3, permettent aux Islandais de prévenir cette dépression saisonnière.
Conclusion

Le travail foncier monotone (footing long après la journée de travail) réalisé au cours de l’automne n’est pas toujours très stimulant. Pour le rendre plus agréable et lutter contre la dépression saisonnière, il doit être réalisé si possible aux heures du jour et de façon ludique. Varier les formes de travail et les lieux de pratique est aussi déterminant.

 

[1] Dépression : Etat mental caractérisé par une grande lassitude, souvent accompagnée d’une dépréciation de soi et d’une attitude pessimiste

Références :

Articles de Rachid  ZIANE Anxiété, fatigue et performance sportive. Sport, Santé et Préparation Physique. Let. 50  : 1.

Sources: Mac Ardle, WD., Katch, V. & Katch, F. (1987). Physiologie de l’activité physique - Editions Vigot. Collectif d’auteurs (2008). Dépression saisonnière. Wikipedia. En ligne.



 

Partager cette page
Repost0