Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Patrick CLANET
  • : informations générales et techniques relative à la santé. Domaines supports: activités physique,sociales et culturelles...
  • Contact

Edito...

Un long silence... (encore un !?) ponctué de rencontres et de découvertes, nous amène naturellement à enrichir, transformer et embellir nos pratiques de conditionnement à la Santé. Du monde de la réadaptation cardiaque à celui de la préparation physique ou de la danse, la curiosité ou la marginalité ont souvent dirigé nos pas. Comme un besoin de comprendre, de rigueur et d'expérimentation sans tabous dans l'espérance de projets de réussite.

Du détour universitaire, pour une reconnaissance institutionelle du conditionnement physique, à la création d'entreprise du Bien Être, il est naturel que la Massothérapie vienne compléter et harmoniser notre parcours. Elle proposera à nos élèves, à nos étudiants ou clients, des clefs nouvelles pour vivre, peut être, plus longtemps, mais certainement MIEUX !


PC

NOUVEAU !

En bas de la page... Notre citation du moment !
Dans Info - Entrainement
      ``Les 10 commandement du CT``


Archives

Gestion du poids...Info

- Mai 2010 - Suite à nos informations concernant les régimes et les diètes, nous tenons à signaler l'excellent articles synthétiques et trés juste de Martine FORTIER dans ''Coup de pouce'' du mois de mai page.

 

- Mars 2010 - Confirmant nos références méthodologiques, le manque de sommeil apparait comme un facteur déterminant de la prise de poids.
De même les efforts intensifs ont une tendance constatée à la réduction de l’apport alimentaire (à contrario des efforts modérés) permettant ainsi une meilleure gestion du poids.

- Printemps 2012... La réflexion avance concernant l'utilisation de procédés restrictifs (régimes) proposés pour la perte ou la gestion du poids. Enfin des décisions sérieuses sont attendues !

 


26 janvier 2010 2 26 /01 /janvier /2010 03:13

L’ACIDE LACTIQUE, DÉCHET, CARBURANT  ET RÉGULATEUR À LA FOIS

 

Que l’on s’intéresse ou pas à la physiologie de l’effort, le fonctionnement des filières énergétiques du muscle squelettique reste une base sur laquelle les entraîneurs fondent plus ou moins consciemment leur pratique et leur discours. S’agissant de la filière anaérobie lactique (L’énergie mécanique est obtenue par la dégradation d’une molécule : l’ATP -adénosine triphosphorique -), la frilosité d’hier quant au travail de ce type avec les jeunes sportifs était certainement exagérée. Les plus jeunes se caractérisent en effet par des spécificités qui leur permettent de ne pas avoir trop recours à cette filière, même en cas d’exercices intenses. Pour les autres, l’amélioration du fonctionnement de la glycolyse anaérobie (Dégradation du glucose ) reste parfois incontournable. Alors que se passe-t’il réellement lorsqu’en cours d’effort, l’organisme produit de l’acide lactique ?

 

Mécanismes de production énergétique anaérobie lactique :

Dans la filière anaérobie lactique, la production d’ATP  est réalisée par la dégradation du glycogène stocké dans les muscles et le foie.

- A la suite de stimulations destinées à répondre aux besoins de l’organisme, ce glycogène se scinde en « unités-glucose ».

- Une dizaine de réactions chimiques permettent de dégrader ces unités glucose pour produire de l’ATP, de l’hydrogène et de l’acide pyruvique (Produit de la dégradation du glucose ).

- L’acide pyruvique et l’hydrogène se combinent alors pour former l’acide lactique.

- Une partie de cet acide lactique (environ 20%) est ensuite utilisée pour resynthétiser  du glycogène, principalement au niveau du foie, mais aussi resynthétiser en acide pyruvique par le cœur.

 

L’acidité, un régulateur de l’activité musculaire :

Ce n’est pas l’accumulation d’acide lactique dans le sang qui est directement  préjudiciable au maintien du fonctionnement de la filière anaérobie lactique. La dégradation du glycogène s’accompagne de la libération d’ions H+ qui provoquent une acidité musculaire qui a pour effet :

-          de perturber les qualités contractiles du muscle

-          d’altérer les mécanismes de dégradation du glycogène

-          d’engendrer des sensations douloureuses

L’ensemble de ces effets nous oblige soit à arrêter, soit à réduire l’intensité de l’exercice. Sans cela, l’acidité continuerait à augmenter et atteindrait des taux incompatibles avec la vie cellulaire.

 

Les améliorations liées à l’entraînement :

Elles peuvent s’envisager selon deux voies complémentaires :

-          prolonger la durée maximale du processus

-          augmenter l’intensité du processus

Dans le premier cas, on parle de capacité lactique. Il s’agira alors de réaliser des exercices à des intensités  très élevées pendant une à deux minutes

Dans le second cas, on parle de puissance lactique. Ici les exercices seront d’intensité maximale sur des durées allant de 15 secondes à une minute.

 

Pour aller plus loin :

-          Physiologie du sport et de l’exercice - WILMORE  et COSTILL

-          Physiologie et méthodologie de l’entraînement - BILLAT

-          La préparation physique – PRADET

-          SSP entraineurs du Val de Marne

 

Laurence et Patrick Clanet pour Attitude Pro Inc
Partager cet article
Repost0

commentaires